Réseau ESIEE

ESIEE Amiens

Un peu d'histoire

En 1989, un groupe informel d'une vingtaine de dirigeants de grandes entreprises et de PME expriment leur volonté de créer une école d'ingénieurs. Ce projet fait l'objet d'un livre blanc, dit "projet Lepesqueur". Ce groupe prend contact avec de nombreux partenaires potentiels : collectivités locales, rectorats, universités, écoles d'ingénieurs françaises et étrangères... Sans succès. Le projet est alors classé sans suite. Au second trimestre 1990, la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Amiens rencontre Monsieur Christian VULLIEZ, Directeur des enseignants de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris qui est vivement intéressé et soutient le projet, une réunion avec l'ESIEE-Paris a ensuite lieu.

Le projet s'affirme. Contacts et négociations avec l'État, la CEE, la ville d'Amiens, le Département de la Somme, la Région Picardie et la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Amiens pour le montage financier, l'investissement et le fonctionnement. Les budgets sont votés. L'ESIEE-Amiens est créée, liée par convention à l'ESIEE-Paris ; les deux écoles forment désormais le Réseau ESIEE.

esiee-amiens1992 : Entrée de la 1ère promotion de l'ESIEE-Amiens

1994 : Habilitation de l'ESIEE-Amiens par la Commission des Titres d'Ingénieur

6 février 1995 : Inauguration des locaux de l'école par le Premier Ministre Edouard BALLADUR

Juillet 1997 : Remise des diplômes de la 1 ère promotion d'ingénieurs ESIEE-Amiens

2000 : Ouverture de la 3ème Majeure Génie des Réseaux Informatiques et Télécommunications

2010 : Ouverture de l'option Génie Energétique du Bâtiment en apprentissage (habilitée par la Commission des Titres d'Ingénieur)

L'ESIEE Amiens Aujourd'hui

En 1997, l'ESIEE Amiens a activé la mise en place de ses équipements et compte 400 élèves en cinq promotions.

Mettant en oeuvre la charte pédagogique commune avec l'ESIEE Paris, 'international y tient une place de choix. Ainsi, dès la première promotion, plus du tiers des élèves auront réalisé un séjour d'au moins quatre mois à l'étranger. L'école ne cesse de renforcer ses partenariats à l'étranger avec des universités, des laboratoires, et des centres de recherches (plus de 75 partenariats avec des universités étrangères).

Une association de plus de 60 entreprises régionales, nationales et internationales soutient l'école. Parmi ces industriels, certains participent aux Comités Scientifiques, au Conseil d'Orientation et de Perfectionnement, ou au Conseil d'Administration de l'école.

L'ESIEE Amiens au-delà de sa formation d'ingénieurs poursuit son développement en mettant en place une activité de recherche appliquée dans les domaines de l'électronique de puissance et des diagnostics machines, ainsi que des activités de service aux entreprises dans les domaines de l'automatisation industrielle, du génie manufacturier, de l'informatique industrielle, du génie électrique.

 

esiee-amiens_vue_ciel

 

Les trois Majeures de l'ESIEE-Amiens sont accessibles également aux élèves de l'ESIEE-Paris :

  • Génie Electrique et Développement Durable

L'objectif est l'acquisition des connaissances pour la conception, la réalisation, l'exploitation et la caractérisation des systèmes électriques pour lesquelles la qualité et la maîtrise des besoins énergétiques sont requises.

  • Contrôle-commande,
  • Transport et gestion de l'énergie électrique,
  • Energies renouvelables, ...

  • Génie des systèmes de Production

Cette Majeure vise à apporter la maîtrise de la chaîne allant de l'éco-conception du produit à sa fabrication en série optimisée, en passant par les processus inhérents à l‘ingénierie et l'exploitation des moyens de production.

  • Robotique,
  • Systèmes automatisés,
  • Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur,
  • Génie mécanique, ...

  • Génie des Réseaux Informatiques et Télécommunications

L'objectif est de maîtriser des concepts et outils utilisés dans la conception, la mise en œuvre et l'exploitation des réseaux informatiques et de télécommunications. Cette Majeure est organisée en 3 parties :

  • Télécommunications
  • Systèmes Informatiques
  • Réseaux Informatiques

L'ESIEE Amiens en quelques chiffres

  • 12 laboratoires informatiques
  • Centre régional CISCO
  • 1 laboratoire de langues
  • esiee-amiens1 laboratoire de Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur
  • 1 usine expérimentale
  • 1 chaîne d'assemblage robotisée
  • 2 robots Kuka
  • 1 banc d'essais de composants électroniques de puissance
  • 50 personnes permanentes
  • 100 professeurs vacataires
  • 400 élèves
  • une association d'industriels de plus de 60 entreprises nationales et internationale
  • plus de 75 partenaires universitaires internationaux

 

 

L'Ecole Breguet

Créée en 1904, sous le parrainage d'une famille dont trois générations ont contribué aux progrès de l'électricité au XIXème siècle, leurs descendants ont accepté que la nouvelle école prenne le nom d'École Breguet.

L'École, dès sa création, est destinée à constituer dans le domaine des sciences et techniques de l'électricité, l'équivalent de ce qu'étaient depuis longtemps, les Écoles Nationales d'Arts et Métiers pour la mécanique, et délivre un diplôme d'ingénieur.

Reconnue par l'État par décret du 3 janvier 1922, son diplôme est revêtu de la signature du ministre de tutelle en 1926.

À la suite de la loi du 10 juillet 1934 ayant précisé les conditions de délivrance et l'usage du titre d'ingénieur diplômé, l'École Breguet continue de figurer sur la liste des établissements habilités à délivrer le titre d'ingénieur, après trois ans d'études consécutives à un concours d'entrée, aligné sur les exigences d'admission des écoles publiques similaires.

À son début en 1904, il n'était pas question d'électronique et encore moins d'informatique et de systèmes, mais d'électricité et de mécanique. Au fur et à mesure de l'évolution technique et technologique, l'enseignement de l'École s'est adapté. Des cours de TSF puis de radioélectricité ont fait leur apparition dans les années 30 à 40 et ont été remplacés et fortement développés après-guerre sous le terme général d'électronique.

L'enseignement scientifique et technique, complété par une large formation générale a permis aux quelques 4 000 ingénieurs issus des 60 promotions, de s'adapter à toutes les circonstances de leur vie professionnelle. On trouve des Breguet dans les secteurs d'activité les plus divers. En premier lieu, évidemment, dans la construction électrique ou mécanique, l'électronique, l'aéronautique, mais aussi dans les services nationaux tels que l'EDF, les Travaux Publics, les Transports, etc.

En 1960, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris, soucieuse d'adjoindre à son oeuvre d'enseignement une formation d'ingénieurs, porte son choix sur l'École Breguet, qui développe dès cette époque une large collaboration entreprise-école.

La dernière promotion d'ingénieurs issus de l'École Breguet est sortie en 1965.

En 1968, l'École a pris le nom d'École Supérieure d'Ingénieurs en Électrotechnique et en Électronique ; cependant, les premiers ingénieurs portant le titre d'ingénieurs ESIEE sont sortis en 1966.